02/11/2008

Incivilités

Wat02112008- 002 (Custom)

 Rue de la Station (stationnement alternatif) et nous sommes déjà le 2e jour du mois !!!

13:32 Écrit par Waterloo-Images dans Reportage | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : stationnement, waterloo, infraction |  Facebook |

Commentaires

Insécurité

Chaque jour, en Wallonie et à Bruxelles, dix personnes âgées se voient délestées parfois avec violence, souvent par imprudence, de valeurs et de bijoux conservés étourdiment à leur domicile. En 2008-2009 les cambriolages de maisons étaient en augmentation de 25% ! La sécurité routière reste toujours la priorité.
L’argent facile fait des ravages. En matière d’incivilités, la protection des victimes, sans doute estimée une mesure coûteuse contre les violences et les persécutions, passe bien après la recherche des dépôts d’ordures et les tags qui rapportent plus aisément des contraventions payantes. Demandez à votre bourgmestre qui est le fonctionnaire assermenté désigné par la loi du 01.04..2005 – non policier – désigné pour cette tâche afin de poursuivre les responsables, percevoir les amendes et assurer les poursuites en justice.
Il résulte de cet immobilisme administratif face aux comportements anti-sociaux, la nécessité d’une grande prudence pour les citoyens, particulièrement les handicapés et les plus âgés qui sont des proies souvent sans défenses, voués à l’indifférence. Faux ? Où est leur numéro d’appel à l’aide comme pour les enfants ou les femmes battues ? A défaut, subsiste toujours la plainte au Procureur du Roi pour non assistance à une personne en danger, par défaut de prévoyance et non respect de la législation concernant les incivilités (voir au verso).
Mieux vaut ne pas en arriver là et prendre les précautions nécessaires, avant d’être la victime de vol, malversation, abus, tapage, maltraitance, quolibets, insultes ou atteintes à la liberté pour des personnes vulnérables servant souvent de souffre-douleur et méprisées pour leur fragilité de tous les instants. Fermez vos fenêtres accessibles et vos portes à clé. Evitez de distribuer des clés à n’importe car un tiers malveillant peut à son tour les leur “emprunter”.
Le voleur observe et connaît souvent les habitudes ou horaires de ses victimes et les alarmes souvent inutiles. Pourtant les personnes âgées en particulier, mises en confiance, s’y laissent toujours prendre. Des billets pour un spectacle offert gracieusement, votre adresse relevée sur votre carte d’handicapé à votre arrivée dans une grande surface permettent de visiter tranquillement votre domicile durant votre absence. La fausse carte officiel que montrent les faux policiers, employés du gaz, électricité, téléphone, assureur ou démarcheur leur ouvre vos portes et leur permet de profiter de la naïveté qu’engendre la solitude pour “visiter” le logement sans résistance. L’ami, le parent, un voisin, brusquement à court d’argent, vous échange un virement qui ne sera jamais honoré contre de la vraie monnaie. Une âme charitable vous propose de faire vos emplettes, vous empruntant votre carte bancaire et le mot de passe pour le meilleur et pour le pire. Encore, ce sont là quelques méthodes de vols réalisés sans violence.
Plus vicieuse est la technique du voleur qui frappe ou sonne chaque nuit à la même heure, vous incitant à vouloir surprendre le responsable de vos insomnies et qui attend cet instant où vous ouvrez brusquement la porte, pour se précipiter, vous renverser et vous détrousser. Mais bien plus pervers sont celui ou celle qui n’agissent que dans le but de vous rouer de coups de manière à vous effrayer et vous forcer à quitter un logement convoité. Après quoi, bien que couvert(e) de bleus et faute de témoins on vous accusera d’affabulation ou de chute présumée – même en chaise roulante - sous l’effet des médicaments ou de l’alcool. Les enfants et les femmes battues disposent de moyens d’alerte parmi les plus sophistiqués, alors que des personnes âgées et les handicapés se plaignant, se voient souvent couverts de quolibets et de moqueries ou pire, forcés d’entrer en maison de retraite contre leur gré. Dans les pays voisins les lois permettent de condamner de 3 à 5 fois plus sévèrement les agresseurs de handicapés et de vieillards.
Ne gobez pas tout ce qui se dit : le contrat de sécurité protégeant les villas cossues des vacanciers n’a pas cours pour protéger les infirmes et vieillards. La médiation pénale (Art. 216 ter du Code d'instruction criminelle) n’a d’autre but que d’éviter la prison au coupable sans indemniser pour autant la victime. Quant à la Commission d’aide aux victimes d’actes intentionnels de violence, elle indemnise rarement les victimes. Tandis que la Ligue des Droits de l’Homme n’a d’yeux que tournés vers d’autres cieux. Enfin pour ceux espèrent une intervention royale il y a belle lurette qu’elle n’a plus rien à dire et les réponses compatissantes, polycopiée en série.
Comme on le constate les solutions efficaces sont aléatoires et peu nombreuses. En résumé, observer une extrême prudence préventive, la nécessité de témoignages précis confirmés par écrit, des photos, des expertises médicales, les preuves d’un préjudice et surtout, éviter toute acte de provocation à l’extérieur telle que le sac entrouvert au côté ou dans le dos, le porte-billet négligemment déposé dans le caddie ou le code bancaire joint à la carte Bancontact-Mistercash.
A toute fin utile l’association APIA asbl vous propose gratuitement les conseils utiles pour obtenir justice en s’adressant directement d’abord au Parquet (Aide au victimes) en faisant l’économie d’un avocat, la possibilité de connaître les suite données et la possibilité de poursuivre en dédommagement.
APIA asbl rue des Eglantiers 13 4460 Grâce-Hollogne Tél.04 250 43 31 www.apia-senior.be contact@apia-senior.be


Modèle agréé en annexe à faire compléter par le Parquet en déposant votre plainte et à conserver :
Attestation officielle de dépôt de plainte (à conserver) (1) Vade-Mecum d’assistance policière 2002























































Écrit par : Balsaux | 28/11/2009

Les commentaires sont fermés.